Uranium, l'héritage empoisonné

Publié le par Philémon

Sur Public Sénat, un documentaire choc sur l'extraction du minerai d'uranium par AREVA, et la stérilisation des terres africaines et la mise en danger de la santé des habitants. J'ai entendu Dominique HENNEQUIN, le réalisateur, en parler cette nuit sur Inter, et j'avoue que ça fait froid dans le dos, même si on est habitué au pillage des ressources du tiers-monde, à la défiguration des continents et à l'abandon des populations.

La première diffusion le 7 décembre à 18 h 30.

Extrait du site www.publicsenat.fr.

"A Mounana au Gabon, AREVA a cessé les activités de sa filiale, la COMUF, en 1999.
Sur place, une pollution radioactive des sols et des maisons construites avec des stériles miniers provoque de nombreuses maladies. A Arlit, au nord du Niger, AREVA exploite deux mines depuis quarante ans. On relève aux alentours les mêmes effets : des mineurs locaux et des expatriés souffrent principalement de cancers des poumons.
Pendant 18 mois, Dominique HENNEQUIN et Pascal LORENT ont enquêté sur les conséquences de l'exploitation de l'uranium au Gabon et au Niger et rapporté des images exclusives.
A Mounana, Dominique HENNEQUIN et Pascal LORENT ont filmé un vaste site contaminé à la radioactivité et rencontré des victimes.
Dans les mines d'Arlit, au Niger, l'équipe entre dans le futur site minier d'Imouraren et donne la parole à la rébellion Touareg.
Une enquête étayée par de nombreux témoignages et les analyses d'échantillons réalisées par la CRIIRAD (Commission de Recherche et d'Information Indépendantes sur la Radioactivité)."


Rediffusion le lundi 07/12/2009 à 22h30, le samedi 12/12/2009 à 22h00 , et le dimanche 13/12/2009 à 18h00
Durée : 52 minutes
Un documentaire de Dominique HENNEQUIN.
Une production Nomades TV et Public Sénat avec le soutien du CNC et de la Région Lorraine.

Publié dans Parlons de l'essentiel

Commenter cet article

C. 06/12/2009 21:35


Je suis révoltée !


Philémon 06/12/2009 22:23


Le pillage du tiers-monde dans toute sa splendeur.
Mes premiers cours d'écologie remontent à la fac de sciences, milieu des années 75, et sans encore parler d'écologie politique, mon prof n'en était pas loin, expliquant l'instabilité de Madagascar
par des erreurs de la France, qui avait besoin de teinture rouge pour les pantalons de garance de l'armée !
L'année précédente, René Dumont se présentait aux élections présidentielles, et avait déjà écrit son livre "L'Afrique Noire est mal partie".
J'ai un peu l'impression qu'on begaye, là, et j'ai bien peur que Copenhague soit mal parti également...