La nuit est tranquille

Publié le par Philémon

Je rentre à l'instant de la pendaison de crémaillère de mon fils le grand, toute sa famille, frère, soeur, nièce et mère et père, et pour elle soeur, père et mère.

Une soirée bien agréable, je suis content pour lui qui laisse enfin ses vieux démons derrière lui.

Et avant de filer au lit, arpenter un peu le web, et cette évidence : Stéphane Côté est un très grand, le digne successeur de Leclerc et de Vigneaux.

Cette chanson est vraiment magnifiquement écrite, elle raconte tout de la vie ordinaire des gens de belle facture.

Pour une fois, je vais vous mettre les paroles, et pour ceux qui sont par chez nous, Stéphane Côté est au Sentier des Halles Lundi 25 et mardi 26, dans deux jours.

 

 

Dimanche et des vapeurs embrument encore le sol
La nuit souffle les heures et l'horizon s'y colle
Un silence en peinture laisse passer un oiseau
Un léger son murmure, le vent bouge, il est tôt
Le blanc ciel assiégé de nuages paresseux
Feint l'immobilité mais reste lumineux
Qu'apportera ce jour ? Des bouquets de passants
Des mots futiles et courts. Est-ce qu'il fera beau temps ?

Lundi, un tourbillon de pas qui accélèrent
Aux pressés pantalons des passants courant d'air
Au cortège d'autobus se faufilent des voitures
Départ au terminus pour cinq longs jours d'usure
Début de l'affrontement, qui donc sera vainqueur ?
Le vainqueur, c'est le temps, le vaincu, le flâneur
Trois cents cafés à l'heure, les usines s'enfument
Et aux ordinateurs, le présent se consume

Mardi, on prend le rythme et puis on va dîner
Parfois, seul, on s'invite, solitaire à jaser
Et quand tout va bon train, on s'étire dans la pause
On songe qu'en ne faisant rien, on sert à quelque chose
Puis retard pour l'avance prévue au lendemain
Qu'est-ce que le mot vacances ? Et ça se vend combien ?
Le repos est un film qu'on loue pour s'endormir
On rêve de la cuisine qu'on rénove en délire

Mercredi, ça s'étire sur un tapis roulant
Qui roule à sens inverse, on recule vers devant
C'est l'été quand il pleut, l'automne sans les enfants
C'est l'hiver de l'envieux qui lorgne le printemps
Juste là, au milieu, entre le blanc le noir
L'avide et l'ennuyeux, le bonjour, le bonsoir
On rugit en finesse conforme à l'étalage
On dompte ses ivresses en fleurissant sa cage

Jeudi, ça sent l'argent dépensé y a deux mois
Encore trente-six paiements, le crédit prend du poids
Les arguments bancaires justifient l'évidence
Des heures supplémentaires pour calmer les dépenses
Et les rivaux pompeux aux plus belles voitures
Déjà rentrent chez eux et soudain l'air est pur
On respire en pensant que d'ici vingt-cinq ans
On aura l'or précieux, de l'or à soi, du temps

Vendredi, du courage, on touche bientôt la rive
On voit déjà les plages où le repos ravive
Qui peut se coucher tard, qui peut se lever tard
Au paradis béni qu'on voudrait pour la vie
Encore quelques quarts d'heure éternels séparent
L'anicroche du bonheur, l'allégresse du cafard
C'est enfin le Pérou quand l'horloge capitule
Le rituel de la broue que la soif décapsule

Samedi, au ralenti, on dessille ses paupières
Et puis c'est reparti, les tâches familières
Peinturer la galerie, refleurir le parterre
Amuser les petits, visiter la belle-mère
Semaine, course folle, la vie se consume
Jusqu'à ce que l'âme décolle dans les vapeurs de brume
Est- il au paradis sur le temps la revanche
L'éternel répit d'un infini dimanche

 

Publié dans Parlons musique

Commenter cet article

Chriss 25/10/2010 04:27


D'accord c'est ton nouveau coup de coeur...
Moi je le trouve résolument pessimiste et phraseux. C'est bien écrit, bien tourné, mais trop, trop, trop.
Bon j'ai écouté qu'une fois, le son n'est pas très bon mais j'ai envie de plus de légèreté, de bonheur aussi tu vois ?


Philémon 29/10/2010 14:56



Ben je comprends que tu cherches plus de légèreté, mais sur scène, c'est quelqu'un de profondément optimiste !


Et moi, je ne le trouve pas phraseux du tout. Juste un poète en liberté.



Cristophe 24/10/2010 06:15


Je n'avais jamais entendu parler de Stéphane Côté... Merci ! Je m'en vais faire une recherche sur lui.


Philémon 24/10/2010 20:05



Je suis en train de tout écouter de lui, ces textes sont vraiment très bien écrits...


J'ai prévu d'aller le voir au Sentier des Halles demain soir.