Je veux quitter ce monde heureux

Publié le par Philémon

 

 

Sourire aux larmes,

Trouver du charme

Au fond du soir pourri qui mène à la mort.

Viens ma dormeuse

Dans la berceuse

Que je te chanterai et que je cherche encore.

 

Je veux quitter ce monde en regrettant un peu.

Je veux quitter ce monde, heureux.

 

Pas de suicide,

Pas de morbide,

Pas l'ombre d'un regret ou d'un désespoir,

Pas l'ombre d'une

Tache à la lune,

D'un mauvais souvenir ou d'un plaisir au noir.

 

Je veux quitter ce monde en regrettant un peu.

Je veux quitter ce monde, heureux.

 

Quand la peinture

Sera nature,

Quand on verra fleurir aux murs en chaleur

Tous les délires

Des sans-écrire,

Des affamés de l'âme, des fous de la couleur.

 

Je veux quitter ce monde en regrettant un peu.

Je veux quitter ce monde, heureux.

 

Quand, dans ses tripes,

Un pauvre type

Aura enfin trouvé, taillé dans du bois

La chanson belle,

Universelle

Qui l'aura fait content, mais qui sera de moi.

 

Je veux quitter ce monde en regrettant un peu.

Je veux quitter ce monde, heureux.

 

Quand ne claironne-

Ra plus personne,

Au nom du bien, du mal, du roi ou de Dieu,

Qu'on pourra faire

Un tour de terre

Sans pleurer, sans vomir, sans se fermer les yeux.

 

Je veux quitter ce monde en regrettant un peu.

Je veux quitter ce monde, heureux.

 

Que je te touche,

Que je te couche

Et retrouver l'amour qu'on fait à quinze ans,

Alors ma tendre

Tu vas entendre

Pour la première fois, on peut faire un enfant.

 

Et puis quitter ce monde en regrettant un peu.

Et puis quitter ce monde, heureux.

 

 

 

Commenter cet article

Emmanuelle 18/10/2009 15:02


je passerai dans le Trégor quand tu auras mis des fenêtres à ta bicoque, une grande baignoire à remous, et quand ce sera chauffé dans toutes les pièces (et pas à l'énergie solaire, sinon on n'est
pas rendu!)


Philémon 18/10/2009 19:08


Ben Emma, bientôt alors, sauf pour la baignore à remous. Pour ça, c'est baignade sur la plage de Locquémeau, et je te prie de croire que pour les remous, ça sera top ;0)
Et tu peux parler, toi ! Ayé, fini les peintures, les papiers-peints et l'électricité ? Parce que là, on n'est pas rendu, hein ;0)


Emmanuelle 17/10/2009 16:32


muhihi, en fait au moment où j'ai cliqué sur "publier" je me suis souvenu de l'idée farfelue que tu avais eue de faire réchauffer ta soupe dans une bouilloire... :)))


Philémon 17/10/2009 17:02


Je te rappelle que j'étais perdu au fin fond de la Bretagne, avec une bouilloire, mais j'avais oublié mon camping gaz à Paris.
Et je maintiens que ce n'est pas une idée farfelue, d'ailleurs, le jour où tu passes dans le Trégor, je te prouve, non mais !


Emmanuelle 17/10/2009 16:30


tu chantes, tu chantes, mais est-ce qu'au moins tu sais faire la cuisine?


Philémon 17/10/2009 17:00


OUI ! Je sais AUSSI faire la cuisine ;0)
Et j'ai des témoins, tiens, tu en parleras à Lili.


Chriss 17/10/2009 07:52


J'ai beaucoup écouté Leforestier dans mon adolescence aussi. Mélancolique.
Je me souviens t'avoir vu jouer de la guitare et chanter cette chanson. J'aime bien ces moments là.
Eh oui C., il chante aussi ce diable d'homme !


Philémon 17/10/2009 17:00


Oui, c'est une de celle que je chante toujours avec plaisir...


C. 16/10/2009 21:07


Vous chantez ?


Philémon 16/10/2009 21:22


Guitariste depuis le début de mon adolescence...