J'ai la flemme de bosser

Publié le par Philémon

Voilà, vous ne vous posez pas la question de savoir pourquoi je poste tous les jours, que je vous mets de la musique trop top de top, que je passe mes journées à commenter vos blogs ? Ben parce que je ne travaille pas.
Alors, comme je suis en recherche, j'ai eu l'occasion de faire le bilan. 
34 ans que je travaille, 4 ou 5 métiers, 12 employeurs différents, et à chaque fois pas plus de 3 à 4 mois de chômage entre deux emplois. Mais là, je n'ai plus le feu sacré.

Pourtant, j'y mets de la bonne volonté. Je porte encore beau costumé et cravaté, j'enchaîne les rendez-vous.

Donc, dans l'ordre, depuis que Grand Connard a voulu jouer au grand con, j'ai été approché par un fabicant de fibres optiques, qui recrutait un responsable commercial collectivités locales. J'étais pile dans la cible, cela fait quand même 20 ans que je gère des projets aux côtés de collectivités, et 5 ou 6 ans que j'assiste ces dernières dans la mise en place de réseaux haut débit. Pas de bol, j'ai du décaler des rendez-vous d'entretien à cause de mon hospitalisation, et j'ai du en avancer d'autres à cause de mon opération. Donc exit ce job, soit disant je n'avais pas suffisamment la fibre commerciale, ce qui me fait sourire, moi qui vend entre 300 à 500 jours / homme par an... Mais bon, je comprends que mon ex-futur employeur ait été échaudé, et qu'il se soit dit qu'il y avait un risque à embaucher un vieux croûton cacochyme, qui plus est bancal physiquement ;-)

Ensuite, j'ai enchaîné avec un entretien dans une association qui regroupe 150 collectivités, villes, agglomérations, départements, régions, qui rechecrhait un chargé de mission pour l'aménagement numérique des territoires. Pour le coup, j'étais là encore au coeur de la cible, mais je pense que j'étais trop cher...

Et ce matin, journée d'information à l'APEC, l'association qui s'occupe de l'emploi des cadres. Vous dire que je me suis ennuyé, pendant que le consultant nous expliquait comme se "vendre" auprès d'un futur employeur. Quand on travaille dans le conseil, et qu'on passe sa vie à répondre à des marchés publics, si on n'a pas la fibre commerciale, la capacité à décrypter la demande des clients, savoir agencer les CV et les références pour valoriser les compétences et l'expertise du Cabinet...

On m'a expliqué comment activer mon réseau, et répondre à des offres d'emploi. J'ai souris intérieurement : il existe moins de 10 cabinets que je pourrais intégrer en France, qui font ce que je fais. Une vingtaine de collectivités qui pourraient recruter un responsable de l'aménagement numérique, et 4 ou 5 acteurs du marché qui fournissent des réseaux ou des services... Je les connais tous !

Alors je déjeûne, avec les avocats en Droit Public avec qui je travaillais, dont un copie conforme de Lucchini, j'en rigole à chaque fois, ou des confrères. Je rappelle tous mes concurrents, mes anciens clients, bref, je réactive mon réseau, en fait, il n'a jamais été désactivé.

Mais je me demande si j'ai bien envie. Me reste 7 ou 8 ans à travailler, mais j'en ai marre, plus envie de faire semblant que l'économie numérique, j'y crois, de m'écouter parler devant une assemblée de 20 à 25 conseillers généraux, d'essayer de convaincre un député ou un sénateur, voire un ministre... Oh, le discours est toujours aussi affûté, je ne dis pas que je fais illusion, parce que le discours est construit, argumenté.

Mais je m'interroge. Si Mlle la Conseillère n'allait pas être imminemment être abandonnée par le père de Prunelle de ses Yeux, si Poète Maudit avait enfin trouvé un endroit où se réaliser et se poser, si MrBoulard terminait son mastère de géographie au lieu de redémarrer l'ENS de Photographie... je pense que je baisserais les bras, je partirais m'installer définitivement en Bretagne, faire mon jardin, rénover ma maison, construire mon bateau, aller à la pêche, lire, faire de la musique, accueillir mes amis, bref, vivre, sans crainte et sans contrainte, dussé-je vivre d'un petit rémi ;-)

Donc, je me motive, mais j'ai un peu de mal...
J'ai tellement envie de retravailler le bois, de continuer à prendre du temps pour vous lire, d'arrêter de faire semblant...

Si vous avez un truc un peu fou à me proposer, allez-y, je suis preneur, j'ai besoin de rêver un peu, là...

Publié dans Parlons de rien

Commenter cet article

Emmanuelle 07/02/2009 18:14

Euh... tu m'inquiètes... parce que je pense la même chose alors que je n'ai que 7 ans dans les jambes... Prendre l'air, cesser d'être redevable de quiconque, s'occuper de soi avant de devoir satisfaire les autres... Je t'envoie un rayon de soleil, tiens.

Philémon 07/02/2009 18:43



Merci pour ton soleil, jeune fille ;-) Cela dit, j'ai eu beaucoup de joies, de plaisir et de chance da,ns ma vie professionnelle. Mais je persiste à croire que l'homme est fait pour toucher à
tout et non pas rester enfermé dans un boulot étriqué et répétitif...



bellelurette 07/02/2009 10:59

Vive la flemme ! Profite ! Fais comme-ci parce que tu ne peux pas déroger aux rendez-vous proposés. J'y ai eu mon lot, moi aussi, de ces rv où l'on apprend strictement rien, de ces stages de formation complémentaire auxquels il faut se plier, faute d'être radié... Maintenant, ouf, à 57 ans, je suis "dispensée" de chercher du taf.
Alors comme je ne suis pas gourmande au niveau fric, mes 450 euros mensuels me suffisent. Hum, heureusement que j'habite un petit F1 en HLM, sinon, cela ne suffirait vraiment pas !
Et comme tu le dis si bien "Arrêter de faire semblant", seulement voila, faut que tu te plies encore un peu...

Philémon 07/02/2009 11:12


Oui, faut encore patienter un peu avant de décrocher totalement. Mais je reprend goût à faire ce que j'ai envie, sans avoir un boss qui m'emmerde au-dessus de moi. Ca va le faire, merci.


MamanCelib 07/02/2009 10:47

Et si tu partais en Bretagne pour trouver un boulot là bas ?

Philémon 07/02/2009 11:10


J'ai envie de profiter de Prunelle et de mes enfants. Y partir, j'y ai pensé, mais ce serait se couper un peu de mes enfants, c'est trop tôt pour moi...


Marail 07/02/2009 10:43

Le seul truc un peu fou qui me vienne à l'esprit c'est: "viens en nouvelle calédonie", oui, je sais, c'est pas très original... je comprends ton absence d'envie, et je pense qu'à ta place, je serais dans le même état... Bisous Philémon

Philémon 07/02/2009 11:05


J'arrive !


Marie 05/02/2009 17:44

Je dirais courage certes, parce qu'effectivement, vous avez encore besoin d'être là pour vos enfants... mais je peux comprendre...

Cette envie parfois de vivre plus modestement mais à mon rythme, sans montre, stress et contraintes... je l'ai déjà...et j'ai juste 46 ans

Philémon 05/02/2009 18:17


Donc encore 15 ans de travail ? Ma pauvre ;-) Oui, c 'est bien ça, vivre d'autres envies, d'autres rêves...