36 37

Publié le par Philémon

Tous les ans, au moment où je fête ma mère, j’ai également rendez-vous avec le Téléthon. Et c’est un week-end où je retrouve le sens de l’humanité, où je me dis qu’il reste quelqu’avenir à notre monde si noir en ce moment.

Et même si ma conscience politique me fait dire que c’est à l’Etat de prendre en charge la santé, que les deux priorités de la conduite des affaires publiques sont l’éducation et la santé, et bien je suis toujours autant scotché par l’absence de revanche et la bonté des familles, et par l’altruisme des enfants.

Et me reviens en mémoire A., jeune fille trisomique que maman gardait pour soulager sa mère qui travaillait sans prise en charge de cette petite, et qui a toujours eu une profonde affection pour nous tous, O., ma petite belle-sœur atteinte d’une grave malformation cardiaque, greffée des poumons et du cœur, de X. avec qui j’étais hospitalisé à 16 ans dans un service d’adultes, et qui est parti d’une leucémie peu après, ainsi que tous ceux que j’ai perdu trop tôt.

Alors, malgré ma rage de voir que la recherche est tant abandonnée par ceux qui nous gouvernent, je donne, tous les ans. Et je serre les dents lorsque je vois ces enfants nous donner de telles leçons de vie.

Publié dans Parlons de l'essentiel

Commenter cet article