Mes rencontres

Publié le par Philémon

Ce que je garde précieusement au cœur, ce sont de grandes amitiés que j’ai nouées au-delà de ma vie professionnelle. J’ai rencontré il y a maintenant six ans un client qui est devenu un ami. Je voulais rendre hommage ici à son talent d’historien et de romancier. Grâce à lui, moi qui ne suis breton que d’adoption, j’ai apprécié cette région. Et pour moi qui adore la mer, je ne pouvais passer à côté de l’histoire des ports bretons.

Allez lire ses nouvelles sur son blog que j’ai mis en lien, il y a une belle histoire pour les enfants.

 

 

 

 



« Et pour aimer mieux nos ports, rien ne vaut le formidable ouvrage d’Alain Lozac’h. Ce diable d’homme est tout à la fois historien et promeneur, savant du passé et gourmand des choses présentes, immense lecteur et tout autant auditeur des petits faits vrais, ceux qu’on ne confie qu’à une oreille amie… Méticuleusement tout autant que passionnément, de Cancale au Conquet il raconte chacun des abris innombrables creusés dans la plus belle côte du monde, celle de notre nord Bretagne. On pouvait craindre de s’ennuyer à parcourir une telle liste. C’est mal connaître notre auteur qui de chaque port n’écrit pas la fiche de police mais, plutôt, dessine le portrait, mêlant avec bonheur les données chiffrées (d’hier et d’aujourd’hui), les explications générales, les récits, les logiques économique, sociale et culturelle …

Une fois de plus, la preuve est fournie, grâce à ce livre, que le savoir accroît l’amour. » Eric Orsenna

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :

Commenter cet article

macaron 25/10/2008 19:47

Oups, tu écris plus vite que ton ombre ! Les ports de Bretagne, que de charme et que d'histoire(s)!

Philémon 25/10/2008 22:18


Ce qu'il y a de très intéressant dans ces deux livres, c'est qu'il replace les ports dans l'économie de la Bretagne, il ne s'agit que de ports de travail.
En particulier, si l'économie de la mer en Bretagne Nord est tenue par les hommes, en particulier la pêche à la morue en Islande, en Bretagne sud, ce sont les femmes qui participent de cette
économie, avec les conserveries. C'est pourquoi tu noteras que la carte postale Bretagne Nord figure des hommes, et pour le Sud des femmes.
Il me tarde de retourner flâner à Port Anna, à l'entrée de la rivière d'Auray. Et que dire du petit port de Saint Gildas, creusé dans les rochers...